🔥 BREAKING NEWS : Notre Bêta est en cours. Clique ici pour la rejoindre.

Freelance mode : 10 astuces pour élargir ta clientèle

⚠️ Disclaimer : Aucune des solutions que nous te proposerons n’a été sponsorisée.
Sommaire
Comment prospecter de nouveaux clients ?1. La puissance d'un réseau2. Réseaux sociauxInstagramLinkedInL'importance du SEOPinterestTiktokYouTube3. Plateformes de freelancing4. Portfolio : carte d'identitéSite internetSEO : l'outil le plus sous-coté5. Témoignages et Recommandations6. Cold emailing7. Coworking8. Créer un réseau physique9. Démontre ton expertise10. Forums / CommunautésAttirer des clients à volonté ?Fidéliser ses clientsParle à ton audienceCréer une newsletterL'honnêteté
Trouver une mission

Sommaire

Comment prospecter de nouveaux clients ?
1. La puissance d'un réseau
2. Réseaux sociaux
Instagram
LinkedIn
L'importance du SEO
Pinterest
Tiktok
YouTube
3. Plateformes de freelancing
4. Portfolio : carte d'identité
Site internet
SEO : l'outil le plus sous-coté
5. Témoignages et Recommandations
6. Cold emailing
7. Coworking : sous-coté ?
8. Créer un réseau en physique
9. Démontre ton expertise
10. Forums / Communautés
Attirer des clients à volonté
Fidéliser ses clients
Parle à ton audience
Créer une newsletter
L'honnêteté
Trouver une mission

Enrichir et fidéliser ton portefeuille client doivent être des notions qui te tiennent à cœur.Et tu as raison, ton portefeuille client, c’est le fer de lance de ton métier.

Ce n’est pas une option, mais une nécessité pour pérenniser ton activité de freelance.Découvre 10 astuces pour élargir ton portefeuille client.

Comment prospecter de nouveaux clients ?

1. La puissance d’un réseau

Un réseau se crée en permanence.
Ce ne sont pas uniquement des profils qui ressemblent au tien, mais aussi complémentaires. Par exemple, si tu es modéliste et que tu disposes dans ton réseau d’experts Clo 3D, ça peut-être intéressant. Parce que si tu rencontres un client qui préfère passer par une solution de conceptualisation 3D plutôt qu’à plat et que tu es en mesure de le faire basculer vers un profil adéquat, l’autre profil peut te renvoyer des clients cherchant des profils pouvant accomplir ta méthodologie sans oublier que les clients adorent être recommandés.

Si on pouvait segmenter ton réseau en 3 grands axes, ce serait le suivant :

  1. Opérationnel
  2. Tactique
  3. Oublié

Je sais, ça ressemble un peu à une stratégie militaire, mais c’est un peu le cas en même temps.

Le côté opérationnel, c’est la face immergée de l’iceberg (ton réseau) comprenant des profils qui ont des postes similaires au tien, d’anciens patrons, collègues et j’en passe, tu m’as compris.

Ensuite, le côté tactique, ce sont des profils qui ne correspondent pas forcément à la case “métier similaire” mais “j’aime sa vision des choses”.
Ce n’est peut-être pas ceux-là qui vont te rapporter des clients, mais leurs réflexions, idées, visions d’une industrie qui n’est pas forcément la tienne peuvent te donner des idées ou te faire réagir pour l’incorporer dans ton quotidien. Aussi important que la première catégorie.

Enfin, la troisième et pas des moindres, le “réseau oublié”. Des personnes qui n’appartiennent ni à la première ni à la seconde. Ce sont peut-être des amis, d’anciens camarades d’école, la famille, peu importe. Soit tu te débrouilles pour les incorporer aux précédentes, soit tu les supprimes.
Je sais, ça fait toujours du bien à l’égo d’avoir une quantité impressionnante de contacts dans ton réseau, mais le plus important, c’est la qualité, pas la quantité.

Il existe de nombreux moyens de développer ton réseau avec des méthodes que nous verrons un peu plus bas.

2. Réseaux sociaux : indispensables ?

⚠️ Disclaimer : Je ne vais pas t’expliquer comment fonctionne l’algorithme de chaque réseau social pour la simple et bonne raison qu’il change fréquemment et j’ai envie que tu puisses utiliser ce guide des meilleures pratiques le plus longtemps possible. Tu retrouveras de nombreux articles et dossiers à ce sujet.

Instagram : la norme ?

Ne présentons pas ce réseau social que tout le monde connaît, énormément de personnes l’utilisent, pour des fins personnelles et/ou professionnelles.

A. Créer un compte Instagram professionnel

Si tu as déjà créé le compte que tu souhaites utiliser pour ton activité de freelancing, le but est de passer en compte professionnel pour avoir accès aux analytics, publicités, etc.

En étant sur ton téléphone, tu devras aller dans tes paramètres et suivre la marche à suivre pour switcher de compte personnel à professionnel en 3 minutes top chrono, tu auras besoin de connecter ton compte à une page Facebook.

B. Optimise ton profil Instagram

Un profil Instagram, c’est :

Concernant la photo de profil, rien de particulier, si ce n’est d’utiliser la même pour l’ensemble de tes réseaux sociaux. Ça facilitera la reconnaissance et la compréhension de ton branding.

Une bio impactante, qui doit être courte mais forte. Tu peux utiliser des emojis si tu les utilisent dans ta communication. Le plus important à savoir c’est que tu dois expliquer en quelques mots, la valeur ajoutée que tu peux leur apporter.

Un seul lien est possible, si tu as déjà un site internet, c’est le moment de le mettre ou tout autre type de contenu. Si tu souhaites mettre en avant différents contenus comme un ebook, ou encore une masterclass, tu peux utiliser des outils comme Taplink ou Linktree mais il existe de nombreuses autres solutions sur le marché.

C. Définis ta stratégie et ton audience

Si tu as déjà des clients, analyse la démographie, les centres d’intérêt, les thématiques qui intéressent ton client, tu devras créer un persona : le ou la cliente idéale (fictive) qui sera la base de ta stratégie. Tu auras plus de facilité à la créer une fois que tu auras (un peu de trafic) sur ton compte. Si tu n’as vraiment aucune idée, analyse les posts de tes concurrents et regarde ceux qui fonctionnent le mieux en termes de support (infographie, photographie, sondage, etc) mais aussi les thématiques abordées.
C’est valable pour l’ensemble des réseaux sociaux et différentes techniques évoquées.

D. Création de contenus

L’étape la plus importante mais aussi la plus compliquée, j’ai nommé la création de contenus.
Instagram
, c’est un réseau social qui pourrait être comparé à une galerie d’art, lorsque tu navigues sur ton feed, tu ne verras que des visuels.
Même si Meta tend à privilégier les contenus vidéos et se rapproche de plus en plus des formats YouTube et Tiktok.

Il existe une multitude de typologies de contenus, mis à jour régulièrement par Instagram, c’est pourquoi je ne les énumérerai pas ici, la liste pourrait changer en fonction de la date à laquelle tu consultes ce guide.
L’axe principal, c’est le branding, l’ensemble de tes visuels doivent suivre un fil rouge, une ligne éditoriale.

Si tu choisis de publier des photos plus “classiques”, tu peux utiliser des solutions comme Lightroom ou Photoshop pour retoucher la luminosité de tes images entre autres.

En revanche, si tu décides de partir sur des visuels plus graphiques, comme des dessins vectoriels ou encore du motion design, Canva peut-être un très bon outil.

P.S. : Ne néglige pas les captions.

E. Planification de contenus

Très important, ce n’est qu’une fois ton audience définie que tu pourras penser à la planification de contenus, ce n’est pas à prendre à la légère, ton audience sera le squelette sur lequel se repose l’ensemble de ta stratégie d’acquisition.
Tu devras réfléchir à la gamme de couleurs de tes posts, la typologie (sondages, infographies, etc), la récurrence, etc.

En mettant ta stratégie à plat, tu auras plus de facilité à te tenir au schéma que tu auras convenu, tu verras !

Pour le créer, rien de plus simple, soit tu utilises une solution qui intègre une possibilité de calendrier comme celui de ton ordinateur ou comme Airtable. Ou alors une plateforme complètement dédiée comme Facebook Creators Studio mais aussi Buffer, jamais essayé mais j’en ai entendu beaucoup de bien (l’inscription est gratuite) !

Une fois que tu auras des analytics de qualité, le but étant de publier aux meilleurs moments en termes d’horaires mais aussi de journée.
Avec les outils que je viens de citer ci-dessus, tu peux automatiser la publication de posts, c’est pas mal, non ?

Peu importe la régularité de tes posts, même si, plus tu postes, mieux c’est. Le plus important c’est la consistance. Si tu choisis de poster 2 fois par semaine, ou 6 fois par semaine, tiens le rythme. Commence par un rythme léger, et accentue en fonction de tes capacités, la création de contenus ne doit pas être un frein à ton activité mais un levier d’acquisition de prospects !

Ce n’est bien sûr qu’un préambule sur l’utilisation des réseaux sociaux en tant que levier d’acquisition, si tu veux un guide complet sur n’importe quel réseau social, n’hésite pas à nous envoyer un message !

LinkedIn : réseau professionnel par excellence ?

LinkedIn est très souvent sous-estimé et mal utilisé par la communauté textile, parce que de nombreuses personnes sont persuadées que ce n’est pas le réseau social le plus important.

Pourtant, s’il y a bien un réseau social où tu peux trouver le plus de prospects, c’est bien ici.
LinkedIn, c’est 830 millions de membres dans le monde dont plus de 20 millions rien qu’en France.
À titre comparatif, Instagram dispose de 1,21 milliard d’utilisateurs mondiaux.
Ce n’est pas un réseau social de niche.

Un profil LinkedIn, c’est :

En fonction de ton branding, utilise une photo de profil adéquate. Si tu es dans un environnement de travail plutôt cool, tu n’es pas obligé(e) de porter une chemise et d’avoir une posture formelle.
Personnalise ton URL
, ne laisse pas de caractères incompréhensibles, en plus, ça le raccourcit, c’est top !

La photo de couverture très souvent négligée apporte de la texture à ton profil, ça donne un “effet vivant”. En plus, elle te donne la possibilité de délivrer un message, une histoire.

La headline n’est pas forcément le titre de ton métier. Crée ta mission en 2-3 mots, pourquoi est-ce que tu le fais, quelle est ta vision de ton job. Une phrase impactante pour un profil unique.

Lorsque tu énumères tes expériences, fais un descriptif de ce que tu as fait, pas les tâches exécutées mais la valeur ajoutée que tu as apportée à ton employeur ou à tes clients.
Si tu as progressé au sein d’une entreprise, développe sur les différents postes occupés et montre ta persévérance pour prendre plus de responsabilités.

Si tu as des collègues, des gens avec qui tu as travaillé qui peuvent témoigner de tes compétences, demande-leur de t’écrire une recommandation à intégrer à ton profil ou la confirmer. Sinon, tu as la possibilité de faire des tests directement sur LinkedIn pour les confirmer.

L’importance du SEO sur LinkedIn

Sans rentrer dans les détails techniques, le SEO, c’est le référencement naturel. De l’optimisation pour les moteurs de recherche (coucou Google) étant le plus utilisé. C’est un ensemble de méthodes que je ne t’apprendrai pas aujourd’hui, il faudrait un guide complet.

Pour les fondations de ta stratégie SEO, tu dois choisir des mots-clés, comme “styliste” ou “modéliste”. Chaque mot-clé dispose d’un volume de recherche ou encore du KD (keyword difficulty) qui représente la complexité à se placer sur un mot-clé en termes de résultats de recherche (1ère position, 2ème position, etc).

Pour connaître le volume, tu peux soit aller sur Google Trends qui peut comparer jusqu’à 5 mots-clés différents mais qui dispose d’informations sommaires. Soit utiliser une solution comme Uber Suggest qui peut te délivrer des informations comme le KD.

Dans l’idéal, choisis des mots-clés qui ont un volume moyen à grand pour un KD assez faible.
Une fois que tu auras choisi tes keywords, place-les sur ton profil LinkedIn autant que possible en les diversifiant sur ta headline, les titres de poste, descriptions, etc.

Remplis à 100% ton profil, LinkedIn t’indiquera la marche à suivre. N'hésite pas à utiliser des listes à puces qui faciliteront la lecture.

Dernier point concernant la headline, la plateforme mettra d’office une headline automatique mais tu as la possibilité de la modifier, utilise les mots-clés choisis. Elle doit être influencée par ton branding.

Nous pourrions aussi parler des ancres, mais c’est un poil plus compliqué, une thématique que je pourrai développer davantage, fais-moi savoir si ça t’intéresse.

Pinterest : réseau social d'épingles

Si tu es styliste, tu dois connaître ce réseau social méconnu du grand public. Il se compose de différentes épingles que l’on accroche à un tableau général sous différents formats. De nombreux acteurs de la mode y sont présents, tu peux par exemple te focaliser sur des événementsactuels comme la fashion week par exemple et gagner rapidement en popularité.

Tiktok : réseau de jeunes ?

Dernier né des réseaux sociaux, il est devenu viral ces dernières années. De nombreuses personnes pensent que ce réseau social est rempli d’utilisateurs issus des dernières générations mais ce modèle tend à changer avec tout le contenu éducatif qui commence à se positionner, à voir en fonction de ton audience.

YouTube : plateforme de vidéos

Le format vidéo, c’est vraiment un support digeste, et qui plaît à la majorité. Ce n’est pas indispensable, mais ça peut t’apporter davantage de visibilité.
Tu peux traiter de thématiques relatives à ton expertise mais sous un angle et/ou format différent.

3. Utiliser une plateforme de freelancing

Prospecter, ce n’est pas simple, ça prend du temps à comprendre les fondamentaux et ça demande beaucoup d’énergie.
En utilisant une plateforme, tu automatises ta prospection en te focalisant sur ton cœur de métier à savoir ton activité.

La majorité des marketplaces ou plateformes digitales serémunèrent de façon unilatérale ou bilatérale. En prélevant une commission allant de 8 à 15% de ton côté et 3 à 15% côté client, si c’est unilatéral, elle ne prélève qu’une des 2 parties, en fonction de la politique tarifaire des plateformes.

Ça peut paraître cher, mais il faut que tu analyses la valeur ajoutée qu’elle t'apporte. 

Pose-toi tout un tas de questions pour voir si ça vaut vraiment la peine d’utiliser ce genre de solution.
Être auto-entrepreneur, ça peut-être prise de tête des fois. En facilitant ton quotidien, tu t’engages à impacter positivement ton épanouissement professionnel mais aussi personnel.

4. Portfolio : carte d’identité des talents créatifs

Crée ton premier site internet

Beaucoup de freelances créent un portfolio sur Photoshop ou inDesign, l’exporte en PDF et le place en pièce jointe dans le profil LinkedIn.

Développer son site internet n’a jamais été aussi simple, des solutions no-code qui peuvent te permettre de créer un site en moins d’une journée, comme :

Il en existe plein d’autres.
Le plus important étant d’exprimer clairement ce que tu fais, quelles sont ton expertise, tes expériences.

C’est aussi ici que tu peux montrer les travaux dont tu es le plus fier(e), des témoignages clients, un formulaire de contact, ou encore un CV.
Un site n’a pas besoin d’être compliqué, pour la majorité des cas, une seule page suffit. De nombreux constructeurs de sites proposent des templates, et si ça ne te convient pas, tu peux trouver des templates pour vraiment pas cher.

SEO : l’outil le plus sous-coté

En plus d’avoir une présence sur internet entièrement personnalisable, tu vas développer ta présence, grâce à ton profil LinkedIn optimisé, tes réseaux sociaux, ton blog si tu en as un.
Une fois que tu auras ton site, il faudra acheter et connecter ton nom de domaine, je te conseille de te diriger vers le constructeur que tu auras choisi qui t'expliquera la marche à suivre mais rien de très compliqué, ne t’en fais pas.

Avec les mots-clés que tu auras choisis, si tu as suivi notre section sur LinkedIn juste au-dessus, optimise tes headings.
Ce sont les titres de ta page, tout sera expliqué sur ton constructeur de sites, c’est eux qui le généreront automatiquement.

5. Témoignages & Recommandations

Le pouvoir des témoignages et des recommandations est très puissant.
En dehors du cadre professionnel, si tu avais un problème de plomberie,tu appellerais des amis pour te faire conseiller un bon plombier, non ?
C’est exactement la même chose mais dans une perspective professionnelle.

En te faisant recommander, tu as déjà gagné des points en confiance.
Ton prospect s’est fait recommander ton profil par un tiers de confiance, ça va te faire gagner un temps inconsidérable.

Tu auras 2 possibilités pour les afficher fièrement : sur ton profil LinkedIn, ou sur ton site directement, il te faudra leur accord bien entendu avant de les afficher sur ton site pour utiliser leurs propos et logo de marque. Plus il y aura d’informations, plus tu seras crédible, et tu auras créé une véritable preuve sociale gratuitement. 

Une preuve que tes prospects peuvent te faire confiance.
L’équivalent des commentaires Amazon, avant d'acheter ta prochaine caméra, tu iras vérifier les avis avant tout achat, non ?

6. Cold emailing

Faire du cold emailing, c’est s’adresser à un contact “à froid”, sans aucune interaction précédente.
Tu peux utiliser différents supports comme des inMails sur LinkedIn ou un email classique par exemple.
Pas simple d’avoir des retours, non ?
Pour avoir un bon taux de réponse, il faut suivre 4 étapes.

A. Personnalise ton message

Tu dois faire des recherches approfondies sur ton prospect. Des faits marquants récents, son parcours professionnel et scolaire, ses centres d’intérêt. Tu dois lui prouver dans la première phrase que ce n’est pas un message automatisé, c’est un véritable humain qui l’a écrit à la main. Tu dois lui faire comprendre que c’est à lui seul que tu t’adresses et que c’est seulement à lui que tu souhaites parler.

B. Apporte-lui de la valeur ajoutée

Ne fais pas de message commercial. Ne lui demande pas de faire quelque chose pour toi comme "visitez mon site internet, il est génial”.
Avant de lui demander quoi que ce soit, analyse une problématique très douloureuse et quotidienne à laquelle il est confronté et n’a pas encore trouvé de solution.
Donne-lui une raison de s’intéresser à ce que tu as à lui proposer.

C. Démontre ta pertinence

Trouve un point de similitude avec ton prospect, que ce soit un ami en commun, une école ou un parcours similaire. 
Si tu peux témoigner d’une preuve d’autorité comme une parution dans un média très populaire dans ta niche, avoir travaillé pour une marque ou structure textile très connue et respectée.
Tu dois dépasser ce statut d’inconnu.

D. Simplicité

Tout comme le copywriting qui est une compétence qui représente l’écriture sur un site internet en optimisant le référencement naturel entre autres, il n’est pas nécessaire même non-recommandé d’écrire du Victor Hugo ou du Molière.
Plus c’est simple, mieux c’est.

Tout le monde est occupé, ton prospect compris, et clairement, lire des messages d’inconnus ne fait pas partie de sa liste de priorités. Alors, facilite cet échange, rend le simple à lire, digeste, rapide à comprendre. Si ton secteur le permet, ne sois pas trop formel, parle-lui comme si tu l’avais rencontré à un bar cocktail.

En fin de mail, finis par une affirmation, une proposition de rendez-vous par exemple ou un lien Calendly si tu en as un.
Si tu lui demandes de te recontacter pour prise de rendez-vous, c’est quasi mort, à moins que tu as une value proposition incroyable.
N’oublie pas de le remercier en fin de message pour le temps qu’il a pris à te lire, c’est un plus non négligeable.

7. Coworking : sous-côté ?

Le coworking n’est pas un environnement de travail auquel on penserait en premier en tant que freelance textile, non ? Et pourtant.

Le freelancing peut-être une activité très solitaire, certains adorent, certains détestent cette facette du métier d’indépendant.
En fonction de l’espace choisi, tu pourras soit louer un bureau personnel soit être dans des espaces ouverts.
Quel que soit ton opinion, le coworking, c’est l’occasion de rencontrer d’autres entrepreneurs, qui pourront t’aider à résoudre des problématiques qu’ils ont déjà rencontrées et ça te permettra aussi d’élargir ton réseau. Et qui sait, peut-être même des clients.

8. Créer un réseau en physique (en vrai)

Il y a plusieurs façons de se créer un réseau physique, tu peux aller à des événements, des conférences, des afterworks d’entrepreneurs ou encore des salons professionnels.

L’avantage de ces événements, c’est que tu peux les cibler avec précision. Suite à la Covid, de plus en plus d'événements physiques sont apparus comme un réel besoin de se connecter en tant que personne.
Tu pourras rencontrer tes pairs, de potentiels partenaires, clients ou même ami(e)s.
Tu pourrais même te faire remarquer et inviter à des événements privés ou encore être invité comme intervenant qui te donnera encore plus d’autorité comme un expert textile de ton domaine et ouvrir de nouveaux horizons.

9. Démontre ton expertise

Démontrer ton expertise, c’est prouver à Google, tes pairs, partenaires ou clients que tu es le meilleur dans ton domaine.
Ça peut-être au travers de contenus informatifs ou être intervenant dans des événements très importants dans ta typologie de métier.

Tu peux avoir des opportunités en participant à des événements comme le point précédent.
Le plus important étant de prouver tes compétences et ton expertise textile à ton audience pour leur signaler que c’est toi le boss.

10. Participe à des forums/communautés

Avec l’avènement d’internet et la digitalisation de nombreux business/solutions, de nombreux mouvements se sont formés. De toute typologie de thématique allant de la politique, à la tech ou encore aux fans hardcores de la saga Harry Potter.
En fonction de ta typologie de métier, les communautés s'orientent davantage sur un support plutôt qu’un autre. Les principaux sont les suivants :

Je te conseille vivement de te renseigner sur les groupes qui pourraient potentiellement t'intéresser pour t‘intégrer à ces groupes de conversation.
Ils peuvent te permettre de rencontrer des profils du monde entier ayant des intérêts similaires aux tiens, d’échanger des points de vue, de discuter, d’ouvrir de nouvelles opportunités, pourquoi pas à l’international, puis, parce que c’est peut-être une belle aventure humaine qui commence, qui sait ?

Comment attirer des clients à volonté ?

Comment faire pour fidéliser ses clients ?

Parle à ton audience B2B

Même après qu’ils aient payé, ils restent tes clients. S’ils sont satisfaits, ils vont naturellement parler de toi dans leur entourage et vont peut-être même te recommander.

Après leur avoir gentiment demandé de publier leur avis sur LinkedIn ou sur ton site internet, tu peux créer un système de feedbacks pour voir leur satisfaction et les axes que tu devrais améliorer avec Google Forms, Survey Monkey, Tally ou Typeform.

Créer une newsletter

Toujours dans l’idée d’apporter de la valeur ajoutée à tes prospects et clients, tu pourrais créer une mailing list (liste de contacts) pour alimenter tes prospects et leur donner envie de travailler pour la première fois ou de nouveau avec toi avec Mailchimp ou Sendinblue.

Parle sur des sujets connexes à ton expertise textile, ça peut-être des opinions ou encore en rapport à des actualités, n’aie pas peur de créer de nouveaux formats disruptifs.

L’honnêteté

Sois honnête sur tes compétences, si le projet te parle, si les deadlines sont jouables, ça fait gagner du temps à tout le monde et crois-moi, tes prospects te le revaudront d’une manière ou d’une autre.

Être honnête et transparent avec son audience, c’est s’assurer sa fidélité mais aussi sa crédibilité.

Freelance textile : trouve la mission de tes rêves

La prospection peut-être une expérience chronophage, frustrante et fatigante.
Nous sommes en mesure de trouver la mission qui correspond à ton profil. Tu n'auras plus rien à faire simplement patienter que l'on te contacte.

Une nouvelle plateforme digitale 3.0 personnalisée qui se développe en fonction des votes de sa communauté.
Une communauté privée qui sélectionne ses talents et ses marques grâce à une démarche qualité incomparable.

Tu peux te préinscrire juste ici.

Tiens-toi Informé des Principales Actualités Mode & Textile

S'inscrire